La petite menteuse de Pascale Robert-Diard

« La petite menteuse » de Pascale Robert-Diard ( L’iconoclaste) soulève bien des questions. Une jeune fille, en plein mal-être scolaire pourrait-elle mentir pour échapper à une situation et endosser un rôle de victime? Au point de prétendre coupable de viol un innocent dont l’apparence l’accable? Et quelle réaction auraient la justice, les jurés le public à la révélation de ce mensonge? S’aveugle-t-on au point de ne plus prendre de garde-fou lorsque l’on défend une femme car il est dans l’air du temps que les femmes sont nécessairement victimes? La question fâche, certes, mais est une vraie question de société. Sommes-nous allés trop loin dans nos jugements au point de ne plus faire preuve de discernement ? De surfer sur une vague féministe en oubliant qu’une intime conviction peut se révéler fragile? « Pourquoi devrait-on douter davantage d’une jeune fille qui se rétracte que d’une jeune fille qui accuse? » interroge l’auteure.

En première sélection pour le prix du Goncourt, le livre de Pascale Robert-Diard nous invite à faire preuve de réflexion dans nos jugements, nous dit qu’il serait bon, parfois, de mesurer nos jugements. Ce roman ne remet pas en question le mouvement #metoo mais nous invite à réfléchir aux excès possibles.

« La petite menteuse » de Pascale Robert-Diard est disponible chez Autour d’un livre ainsi que dans toutes les bonnes librairies de France.



9 vues0 commentaire