Le Ghetto intérieur

Quel ouvrage bouleversant! Il y a ceux qui diront qu’ils ont assez lu d’ouvrages sur la Shoah. ( Holocauste n’est finalement pas le mot approprié puisqu’il fait référence à un sacrifice pour un Dieu, nous rappelle l’auteur. Amigorena parle d’ “ impensable”. Pour ma part, je dirais “d’indicible” puisque nous savons désormais que les hommes sont capables du pire.)

C’est donc de cet indicible dont il s’agit dans cet ouvrage mais vu par le très malheureux regard ou aveuglement nécessaire et extérieur de Vicente Rosenberg, le grand père de l’auteur dont Santiago Amigorena nous conte l’histoire. Cela pourrait être l’histoire de ces nombreux juifs qui survivent envahis d’une culpabilité du survivant qui les ronge comme un affreux et insatiable cancer. ( Lire à ce propos le dernier ouvrage d’Irvin Yalom: En plein cœur de la nuit)

Vicente s’est installé en Argentine en 1928, il s’est marié, a eu des enfants et un jour, tout bascule à Varsovie où il a laissé sa famille. Cette famille dont il a peu de nouvelles, cette famille qui périra dans les plus indicibles circonstances. Une sombre culpabilité l’envahira.. comme tous ces juifs qui ont survécu ou fui le plus terrible des genocides.

Le Ghetto intérieur est un livre poignant, douloureux et nécessaire pour ne jamais oublier et pour que plus jamais une telle horreur ne se reproduise.


©2018 by Autour d'un Livre.